Danses, dansons dansez !

Danses, dansons dansez !

Pina Bausch - la grande dame de Wuppertal

Elle apparait, neutre et dépouillée, gravement vêtue de noir et sur le visage l'expression lointaine et pénétrante de ceux qui semblent avoir tout compris.Pâle ovale sans fards, son visage est celuis d'une madone descendue d'un retable de la Renaissance allemande, doux regard las, perdu dans des pensées, se vidant brusquement pour quitter l'instant et se fixer ailleurs, mais éclairé par des lueurs de tendresse et d'ironie, mystérieuse alchimie que l'on retrouvera chez les danseurs du Tanztheater de Wuppertal.
Ses gestes lents, tout son personnage trahissent la connaissance chez un être que plus rien ne saurait surprendre et l'anxiété diffuse qui persiste secrètement chez quelq'un que la souffrance torturera toujours, mais qui s'est déterminé à ne pas reculer.
Pina Bausch ! pour l'oeil étranger, la plus effarante des associations, la plus significative aussi.  A Wuppertal, elle passe pour sulfureuse, une artiste de génie qui parait une énorme incongruité dans cette lourde ville de la Ruhr.
"Quand j'ai vu Pina Bausch pour la première fois, dit J.F. Duroure, à Avignon, ce fut le coup de foudre; je me suis dit : voilà ce que je veux faire - Pina Bausch m'a dit "tu es beaucoup trop jeune" - j'ai attendu 3 ans,mais cette histoire avec Pina Bausch m'a fait progressé de 10 ans - la qualité de la danse et la qualité émotionnelle du travail de Pina est incroyable. Je n'étais pas d'accord avec son univers négatif, mais je garde une impression très forte de la vie de sa compagnie, des relations que Pina entretient avec chaque danseur et aussi une certaine fascination devant sont travail, comme une sorte de collage qu'elle intègre dans son univers".

Photo :  Pina Bausch en 1990


14/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser