Danses, dansons dansez !

Danses, dansons dansez !

Pina Bausch est partie.

Elle nous a quitté cette "dérangeuse" qui portait sur elle les stigmates de toutes les émotions de la condition humaine. Ce genre de femme dont on ne sait jamais si elles sont tristes ou gaies, dures ou douces, sereines ou torturées.
Philippina Bausch était née le 27 juillet 1940 à Solingen en Allemagne. Enfant, elle se glissait sous les tables du bistrot de ses parents pour se nourrir des discussions des clients. Morceaux de vie bien difficile d'après-guerre. Je pense que ce sont ces bribes d'existence qui lui ont servi de modèles et d'inspiration pour ses créations comme celle-ci par exemple "Café Müller".
A 14 ans, happée par la danse, elle intègre l'école de Kurt Joos à Essen, le fameux créateur de la "table verte". Puis à 19 ans, sans parler un traitre mot d'anglais, elle part pour New York et continue de se former auprès de plusieurs compagnies. Au début des années 60, elle revient en Allemagne rappelée par Kurt Joos qui en fait sa soliste et son assistante. Huit ans plus tard, elle crée ses premières pièces dont "Fragment" sur une musique de Béla Bartok et enfin elle prend la direction de l'Opéra de Wuppertal où elle lance sa compagnie-théâtre.

Ses créations dérangent mais elle s'en moque ; le public l'insulte, rejette ses créations, lance des tomates sur scène, Pina Bausch reçoit même des menaces. Jusqu'au-boutiste, elle continue dans la voix qu'elle a choisie. Elle souligne les violences des rapports hommes/femmes. Ce sera son thème de prédilection.

Il y a encore 15 jours, Pina Bausch répétait sa dernière création. Hospitalisée pour une grande fatigue et une bronchite aigüe, on lui découvre un cancer généralisé. En 5  jours, elle s'en est allée, elle n'avait que 68 ans.

 



29/07/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser