Danses, dansons dansez !

Danses, dansons dansez !

Pierre Lacotte

Pierre Lacotte est danseur et chorégraphe français né à Chatou (Yvelines) le 4 avril 1932.

Il entre en 1942 à l'École de Danse de l'Opéra de Paris, est engagé dans le corps de ballet en 1946 avec le grade de « deuxième quadrille » et passe « premier quadrille » la même année ; il saute une classe et devient « petit sujet» en 1947, « grand sujet » en 1951, puis premier danseur en 1953.

Il a pour professeurs principaux Lubov Egorova, ancienne prima ballerina du Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, Carlotta Zambelli, Gustave Ricaux et Serge Lifar.

Déjà passionné par la chorégraphie, il crée Exode (Tchaïkovski) en 1951 avec sa partenaire Josette Clavier. Puis Renonciation (Bach), Clair de lune et En bateau (Debussy), Chansons et Vaincre (Bach).

En 1954 il obtient un grand succès avec La Nuit est une sorcière, sur une musique spécialement créée pour l'occasion par Sidney Bechet ; cette œuvre est enregistrée par la télévision belge où elle obtient le prix de la meilleure émission de l'année, décerné dans ce pays ; elle est ensuite dansée à Liège, puis reprise sur différentes scènes françaises, notamment au Théâtre des Champs-Élysées en 1955 et sera enfin filmée par la télévision française en 1959.

En 1956 il fonde les « Ballets de la Tour Eiffel » qui se produisent dans toute la France et en Afrique, il crée Solstice (Wayenberg), Tempo Universel (Albinoni), Gosse de Paris (Aznavour), et chorégraphie Such Sweet Thunder sur une musique de Duke Ellington pour le Festival de Berlin. La plupart de ses ballets seront filmés par les télévisions française et anglaise.

Victime d'un accident à la jambe en 1958, Pierre Lacotte entreprend ses premières recherches sur les ballets romantiques.

En 1959, il dissout les Ballets de la Tour Eiffel et mène ensuite une carrière de danseur indépendant, invité dans plusieurs pays, tout en continuant de créer.

En 1963, il est nommé directeur du nouveau « Ballet des Jeunesses musicales de France ». Il y crée une bonne douzaine de ballets, dont Hamlet et Penthésilée, qui seront également filmées pas la télévision française, ainsi que La voix en hommage à Édith Piaf.

La plupart de ces ballets sont créés par Ghislaine Thesmar qu'il épouse en 1968.

Après la dissolution du Ballet des Jeunesses musicales de France et pendant une période de quatre ans, il tavaille pour l'Opéra de Strasbourg, la Fenice de Venise et de nombreux festivals. Pendant ces années, il prépare la reconstitution de La Sylphide, grâce aux documents recueillis lors de ses recherches. Ce ballet, le premier des grands ballets romantiques, créé en 1832 (musique de Schneitzhoeffer) par le chorégraphe Filippo Taglioni pour sa fille Marie, s'était perdu après la mort tragique d'Emma Livry, élève de cette dernière.

En 1971, Pierre Lacotte est nommé professeur d'adage à l'Opéra de Paris.

La Sylphide, dansée par Ghislaine Thesmar, Michaël Denard, danseur étoile de l'Opéra, et Laurence Nerval, est filmée pour la télévision française et diffusée sur la deuxième chaîne le 1er janvier 1972, pour l'inauguration de la couleur.

Ensuite, il devient le "spécialiste" pour la reconstiturion des ballets classiques du répertoire romantique : "Coppelia" et le pas de six de "La Vivandiere" (Arthur saint-Leon)  ainsique le pas de deux de "Papillon" (Marie Taglioni)à l'Opéra de Paris  (Il dança ce pas de deux avec Dominique Khalfouni in 1976), la chorégraphie de  Taglioni "La Fille du Danube" ou "Giselle" de Jean Corelli et Jules Perrot (les costumes reconstruits sur le modèle original de1841) poure le Ballet du Rhin, les Ballets de Monte Carlo and le Ballet National de Nancy, "Nathalie or the Swiss Milkmaid" pour Ekaterina Maximova in Moscow (1980), "Marco Spada" à l'opéra de  Rome en 1981 and à l'Opéra de Paris en 1985, "La Gitana" au National Ballet de WARSAW et "L'Ombre" au  Ballet National de Paris, tous les deux en 1993, Le Lac des Fees" au Berlin Staatsoper en (1995) et "Le Lac des Cygnes" à Nancy (1998).

Il remonte des ballets tels que "la fille du Pharaon" en 2000 pour le Bolchoï et "Paquita" en 2003 dans une superbe version fidèle à la version de Joseph Mazilier de 1846 -  

Master of Arts and Literature, il a été  co-auteur avec Jean-Pierre Pastori pour un livre intitulé  "Tradition".

Photo : Josette Clavier et Pierre Lacotte -

.



24/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser