Danses, dansons dansez !

Danses, dansons dansez !

August Bournonville un danois à Paris

Pédagogue d'exception et prestigieux chorégraphe de l'époque romantique, le danseur danois August Bournonville fut dans son pays un grand réformateur de l'art chorégraphique.

 Auguste Bournonville est né à Copenhague le 21 août 1805 et mort dans cette même ville le 30 novembre 1879

Il est le fils illégitime du danseur français Antoine Bournonville et de sa femme de ménage Lovisa Sundberg. En 1811, il devient élève du Théâtre royal de Copenhague. En 1813, il tient son premier rôle, celui d’un des fils de Ragnar Lodborg dans Lagertha de Vincenzo Galeotti. En 1816, à la mort de ce dernier, son père Antoine devient le directeur artistique du Royal Danish Ballet et épouse la mère d’Auguste.Il se doit d'être polyglotte : il parle et écrit couramment le danois, le français, le suédois, l'allemand, l'anglais, l'italien etc... allant jusqu'à apprendre le russe à 68 ans lorsqu'il se rendra dans ce pays.

En même temps qu'il apprend la danse, August reçoit une solide éducation : littérature, histoire, mythologie et aussi musique, violon et chant.

Antoine, son père, rêve de confier son fils aux plus grands maîtres de la danse, ceux qui sont à l'opéra de Paris - en 1820, il obtient du roi Frederick VI une bourse de 6 mois pour emmener son fils en France. August y fera la connaissance, entre autres, d'Auguste  Vestris et assistera à un maximum de spectacles, surtout à l"Opéra.

Il observe, il raisonne, il réfléchit, prend des notes... avec la fougue de ses 15 ans, il a des idées très arrêtées et ses opinions sont péremptoires, mais elles prouvent déjà une sûreté de jugement et sa compétence artistique.

Revenu à Copenhague, il rest ébloui par la grande ville, 7 fois plus peuplée que la sienne et il rêve d'y retourner.

Cette autorisation, il va l'obtenir du roi en 1824. Il doit rester 2 ans à Paris en fait, il y séjournera près de 10 ans. Durant toute cette période, il écrit régulièrement à son père, le tenant au courant de son travail, donnant des renseignements d'une valeur incomparable sur tout ce qui concerne la danse à l'époque.

Il va rassembler ses remarques sur les treize principaux danseurs et danseuses de l'Opéra, en une sorte de petit cahier qu'il intitule "revue de la Danse et de l'Académie Royale de Musique": il n'a que 19 ans !!

Il fera ses débuts le 5 avril dans le pas de trois de "Nina" et celui d'"Aladin ou la lampe merveilleuse" avec Lise Noblet et Mlle Lacroix.

En 1829, il obtient l'autorisation de revenir pour trois mois dans son pays natal, le mal du pays le tenaillant. Il règle des chorégraphies : un divertissement "Hommage aux Grâces" et son premier ballet "soldat et paysan". Devant ce succès, il est nommé le 1er janvier 1830 à la fois directeur et professeur principal, soliste homme , chorégraphe avec un très haut salaire à seulement 24 ans !

Il retourne à Paris pour y régler définitivement ses affaires, car il y avait un contrat. Mais son choix est fait : il veut rester à Copenhague. Il épouse en juin de cette année Hélène Haakannson dont il aura 6 enfants. Seule sa fille aînée commencera une carrière de danseuse qu'elle abandonnera pour se marier à 20 ans.

Il remonte quelques ballets vus à l'Opéra de Paris, comme "la Somnambule" et "les pages du duc Vendôme" puis il se lance dans une brillante carrière de chorégraphe, montant, deux, voire trois ballets par an, jusqu'au dernier "de la Sibérie à Moscou" en 1876, un an avant qu'il ne prenne sa retraite dont il ne jouira que pendant deux ans car il s'éteint le 30 novembre 1879.

 

ici, Bournonville et ses élèves en 1870

 

 



21/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser