Danses, dansons dansez !

Danses, dansons dansez !

Suzanne Linke, une des trois "cousines"

Susanne Linke, qui a été nommée comme une des trois cousines, les autres étant Reinhild Hoffmann et Pinau Bausch - toutes trois étant les héritières de la danse de Kurt Joos.
J'aimerais vous parler d'une de ses choregraphies  : "Im Bade Wannen" (1980) son très célèbre soliloque autour d'une baignoire.
D'étranges liens unissent Susanne à cette baignoire posée au milieu de la scène - Suzanne apparait d'abord de dos, assise sur une cuvette de w-c. Nous voici dans une région intime, moite, une salle de bains - lieu de toutes les régressions possibles. Susanne Linke va à la baignoire, elle en essuie le contour du bout d'un tissu rouge, fait mine de regarder ailleurs tout en caressant la lèvre ourlée de la matrice géante qu'est la baignoire, également support  ou cercueil. Elle ne s'en éloigne jamais, elle en devient comme  la prolongation humaine,l'appendice en somme. Elle évolue, assise en équilibre instable sur le rebord, l'une des ses mains disparaît à l'intérieur, comme happée par le siphon. Elle parvient  finalement à s'arracher, par à coups, à la masse blanche .
La présence des objets dans les oeuvres de Susanne Linka n'a rien à voir avec l'invasion des matériaux plastiques si prisés par bon nombre de chorégraphes actuels. Chez Susanne Linke, l'objet, qu'il soit tissu, baignoire ou cuvette de WC, n'est pas mis à côté du corp, il participe de son mouvement. De là, à dire que l'intérprète est mu par des objets inanimés, il n'y a qu'un pas. Chez elle, la danse se confond avec l'objet en évitant soigneusement toute relation avec l'autre. 



14/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser