Danses, dansons dansez !

Danses, dansons dansez !

NAPOLI - Bournonville - 1842

Bournonville avait eu l'idée du ballet lors d'un voyage en Italie - il y met toute la légèreté et le lumière napolitaine - le style choragraphique de Bournonville s'était immédiatement affirmé par sa vivacité, son élégance, son intelligence mais avec aussi la rigueur et la clarté de l'école française - il sut également s'inspirer du folklore en y empruntant pas et figures mais avec un esprit d'équilibre et de synthèse miraculeux qui les transposait dans le langage classique sans leur faire perdre ni saveur, ni couleurs.
Le langage de Bournonville est particulier : il se sert beaucoup du sol - ce genre de danse vous aide à sauter et à mieux utiliser vos pieds - votre poids du corps en retombant vous aide à mieux exécuter le mouvement - l'épaulement est différent également, spécialement cette façon de plier la taille et de regarder sous le bras - Chaque mouvement de fond s'achève par un port de bras qui le conclut vraiment - toute la différence est surtout dans le phrasé et les ryhtmes, tout reste en haut même quand c'est en bas !!!

Version danoise de l'Italie, Napoli, appartient à ces ballets dont on donne toujours les mêmes extraits  - Ici, ce ballet tranche sur le climat nostalgique et souvent morbide qui prévalait à l'époque romantique - Bien sûr, les héros connaissent mille aventures mais se tirent généralement avec bonne humeur des situations les plus hasardeuses pour terminer dans un final plein de gaieté.
Histoire : l'action se déroule à Naples - le jeune pêcheur Gennaro est amoureux de jolie Teresina que courtisent aussi le marchand de spaghetti, Giacomo et le vendeur de citronnade, Peppo. Par sécurité Gennaro se fiance avec la belle et l'emmène en mer por être un peu seul avec elle. Une tempête a lieu et une vague arrache le jeune fille du bateau - Accusé de meurtre, le malheureux Gennaro reçoit du père Ambrozio une image miraculeuse de la Madone et part à la recherche de sa fiancée - Fin du premier acte
2e acte : on retrouve Teresina dans la célèbre grotte bleue de Capri où l'ont transportée des néréides charitables et où l'esprit de la mer Golfo qui tombe amoureux d'elle - furieux de son dédain il la transforme elle aussi en néréide en lui ôtant la mémoire - Quand Gennaro la retrouve elle ne le reconnait que grâce à l'image miraculeuse de la Madonne - peu rancunier, Golfo, pardonne et comble les deux amoureux de cadeaux  - fin de l'acte 2
3e acte : Tout aurait pu bien se dérouler mais Gennaro quand il ramène Teresina saine et sauve à Naples, il est accusé de sorcellerie - il sera sauvé par l'intervention du père Ambrozio qui révèle l'existence de l'image miraculeuse - Tout se termine dans une fête échevelée sur des rythmes de tarentelles si endiablées qu'elles furent longtemps les seuls passages connus de cette oeuvre - 
  



29/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser