Danses, dansons dansez !

Danses, dansons dansez !

Mikhail Fokine

Mikhail Fokine est né né à Saint-Pétersbourg le 5 mai 1880 et mort à New Yorkle 22 août 1942. En Occident il se fera appeler Michel Fokine.

Après des études à l'école de danse de sa ville natale, il est engagé au Théâtr Mariinsky en 1898 et nommé premier danseur et maître de ballet en 1904. Il est bientôt chargé de cours à l'école de danse [1902] et compose des chorégraphies dès 1905. Alors que son talent commence à être reconnu, il se voit confier le programme de la saison de ballets organisée à Paris par Serge Diaghilev en 1909, laquelle connaît un succès immédiat. Il reste le principal chorégraphe des Ballets russes jusqu'en 1912. Il retourne alors en Russie où le théâtre Marinski bénéficie désormais de ses créations, ne revenant chez Diaghilev qu'en 1914 pour la saison de Londres.

Il quitte définitivement la Russie en 1918 et poursuit sa carrière de danseur et chorégraphe indépendant en Europe (principalement en Scandinavie, en France et en Angleterre) ainsi qu'aux États-Unis. En 1921, il ouvre une école de danse à New York, crée sa compagnie l'année suivante, et s'installe définitivement aux États-Unis en 1923. Jusqu'à la fin de sa vie il compose des ballets pour les plus grandes compagnies américaines et européennes, et est invité dans le monde entier à remonter les plus célèbres des œuvres qu'il a créées chez Diaghilev. Il travaille ainsi à l'Opéra de Paris, à la Scala de Milan, au Teatro Colon de Buenos Aires, pour Ida Rubinstein, les Ballets de Monte-Carlo et les Ballets russes du colonel de Basil.

Après avoir tenu les rôles de solistes du répertoire classique au théâtre Marinski, il interprète ses propres œuvres aux Ballets russes. Il se produira
souvent en récital avec son épouse la danseuse Vera Antonova. Mais c'est surtout comme chorégraphe novateur qu'il marque l'histoire de la danse. D'esprit curieux, il s'intéresse depuis l'enfance à toutes les formes d'art (il pratique la peinture toute sa vie), et il est sensible au climat de renouveau qui règne en Russie au début du siècle, auquel contribue le passage d'Isadora Duncan [1904].Tout en étant un grand admirateur de Marius Petipa, il sent que le ballet classique doit trouver de nouvelles formes d'expression. Enfin, il apporte une attention particulière à l'unité esthétique de tous les éléments du ballet, musique, costume, décor et chorégraphie, rompant en particulier avec l'usage traditionnel des pointes et du tutu pour les danseuses. Fokine met en pratique ces idées nouvelles dans les quelque quatre-vingt-six ballets qu'il compose.

Défenseur passionné de la danse classique, il a permis à cette dernière de rester vivante au XXe siècle en la faisant entrer dans la modernité, avec un style que l'on appelle aujourd'hui néoclassique et dont il a été le magnifique précurseur. Ses idées se répandent également à travers son enseignement. Pédagogue très apprécié, il ne se contente pas de transmettre une technique parfaite mais oblige ses élèves à donner un sens à chaque pas qu'ils exécutent, formant ainsi de véritables interprètes.



09/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser