Danses, dansons dansez !

Danses, dansons dansez !

Maia Plissetskaia fêtait ses 80 ans

Le 20 novembre 05  :

« Ça n'est pas moi qui ai demandé qu'on fête mon jubilé : le théâtre du Bolchoï est en restauration et c'est mon théâtre, je pensais donc ne rien faire », dit Maïa Plissetskaïa. Col de cygne, oeil bleu, droite comme une jeune fille, la ballerine reçoit pour ses 80 ans, malgré ses dénégations, les hommages de la planète entière. Après Moscou en décembre, Londres, Tokyo et Paris la fêtent. A juste titre : il faut lire "Moi, Maïa Plissetskaïa", ses fabuleux Mémoires parus chez Gallimard en 1995 pour mesurer les jours que la ballerine a traversés dans la tourmente soviétique. Et regarder Maïa, le film de Dominique Delouche édité en DVD chez Doriane films, pour retrouver dans des extraits du Lac, de Don Quichotte ou de La Mort du cygne, ces bras inégalables, ce regard liquide et ce tempérament. A Paris, chez Pierre Cardin, son couturier attitré qui la reçoit dans son théâtre, Maïa dansera. Ave Maïa, chorégraphié pour elle en 2000 par Béjart, fan depuis 50 ans. Mais elle sera également entourée de la fine fleur des danseurs russes du Bolchoï comme Irma Nioradze ou Svetlana Zakharova et du Mariinski comme Dina Vishneva ou Ouliana Lopatkhina. A signaler également, côté français, la présence de Pietragalla et José Martinez, Wilfried Piollet et Jean Guizerix, ainsi que le chorégraphe Gigi Caciuelanu. « Je pense qu'il est plus intéressant d'être danseuse aujourd'hui qu'à mon époque. Et qu'il sera toujours plus intéressant de danser dans l'avenir », dit Maïa.



14/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser