Danses, dansons dansez !

Danses, dansons dansez !

L'historique des fameux chaussons

Le moins qu'on puisse dire c'est que l'apparition de la "pointe" n'a pas frappé les contemporains. C'est qu'elle ne fut pas un évènement soudain, mais le long cheminement progressif. Depuis l'allègement du costume, à la fin du XVIIIe s, la danse classique qui s'est toujours orientée vers le haut, cherchait de plus en plus à s'élever. La pointe, en faisant grandir la danseuse d'une 15 de cm et en la faisant reposer sur le sol par la plus petite surface possible, répondait doublement à cette soif de légèreté qui conduira à créer des personnages "volants". Tant que les danseuses avaient eu des chaussures à talon, les pieds ne pouvaient pas varier leur appui. C'est lorsqu'il  disparut, sous le Directoire (les femmes portaient des sortes de ballerines plates) que les notions de "plat" et de "demi-pointes" prirent un sens. En en vint à se hausser de plus en plus. Bientôt, les danseuses trouveront des "trucs" pour s'aider : mettre du papier serré, collé autour de leur orteils par exemple. Puis les bottiers fabriqueront des chaussons adéquats (M, Crait) et les danseuses inventeront des exercices pour muscler et renforcer leur pieds puis peu à peu tout le monde "fera des pointes".

On a compris que pour accomplir ces exploits il fallait un outil de travail plus performant... en l'occurence un chausson offrant un meilleur support réalisé par les cordoniers italiens à la demande de leurs danseuses, et sur lequel apparaissent une véritable boite rigide, cette coque qui enveloppe l'extrémité du pied, ainsi qu'une semelle renforcée (Jusque là le rembourage des chaussons était resté très artisanal, chaque danseuse recourant à ses propres méthodes coton, crin ou feuille de carton). Mais si ces nouveaux chaussons sont plus durs que ceux de Taglioni, ils restent encore cependant relativement souples et n'ont rien à voir avec ceux d'aujourd'hui.

    Equilibres et tours multiples sont maintenant à la portée de Pierina Legnani (1868 -1930) qui sidère le public du théatre Marinsky à St.Petersbourg  avec ses 32 fouéttés lors de la représentation de Cendrillon tout d'abord et du Lac des Cygnes ensuite (Sa technique était telle qu'elle était, parait-il, capable d'exécuter les 32 fouéttés sans que sa pointe d'appui ne sorte de la circonférence d'une pièce de monnaie tracée à la craie sur le sol...)

Aussitôt toutes les ballerines russes se doivent de l'imiter, cependant formées à l'école française par Marius Petipa (1818-1910) elles découvrent vite qu'avec leurs chaussons souples de pareils records sont totalement hors de leur portée... Si, malgré tout, les étoiles comme Kchessinskaïa (1872-1971) ou Karsavina (1885-1978) arrivent à relever le défi en portant les chaussons semi-rigides italiens, la majorité des danseuses qui ne possèdent pas la musculature athlétique des italiennes (aux jambes et aux cuisses puissantes) ont besoin de plus de maintien, et l'on vit alors apparaitre en Russie des chaussons beaucoup plus durs et aux semelles beaucoup plus rigides (dont la mode subsiste encore aujourd'hui).

   Mais c'est Anna Pavlova (1881-1931) qui va donner au chausson son aspect définitif lorsqu'à la fin de sa carrière elle renforce encore la cambrure et, surtout, applatit et élargit le bout afin de faciliter ses équilibres. Sur quoi, très désireuse de préserver son image et ne voulant pas être accusée de tricher, l'étoile fit alors retoucher toutes les photos où elle portait des chaussons à bout large en demandant à ce qu'ils soient amincis. (Certains clichés prouvent effectivement que la cliente en a eu pour son argent...)


Avec une cambrure beaucoup plus ferme, une boite renforcée et une plateforme (l'extrémité du chausson) plus large, le chausson de Pavlova se présente tel que nous le connaissons aujourd'hui, et les matéraux de base qui servent à sa fabrication: cuir, toile, papier, colle, clous et satin vont, à partir de ce moment là, rester les mêmes, aussi surprenant que cela puisse le paraitre, pendant près de 100 ans...



06/05/2008
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser