Danses, dansons dansez !

Danses, dansons dansez !

L'après-midi d'un faune

Primitivement créé sous le titre "Prélude à l'après-midi d'un faune" ballet sur la musique de Debussy du même nom, sur un poème de Mallarmé - créé en 1912 et chorégraphié par Nijinsky lui-même (ballet qui fit scandale !!)

Le ballet décrit la rêverie d'un faune à l'occasion d'une rencontre réelle ou imaginaire avec des nymphes.
Ce chef-d'oeuvre de l'art plastique en mouvement (les poses sont restées célèbres) fut l'objet de violentes critiques lors de sa création par Nijinsky - on parla d'une "exhibition inconvenante avec des mouvements lascifs et une bestialité érotique, des gestes de lourdes impudeur"...

Les journaux ripostent : "entre la mimique et la plastique,l'accord est absolu ! le corps tout entier signifie que ce désire l'esprit ; il atteint au caractère à force de rendre pleinement le sentiment qui l'anime ; il a la beauté d'une fresque ou de la statuaire antique, il est le modèle idéal d'après lequel on aurait envie de sculpter, dessiner"...

Serge Lifar reprend le "faune" et accentue le côté plastique pour créer la beauté, source de pureté et d'harmonie.
La version de Jerome Robbins "afternoon of a faun" est une version réaliste du thème initial. C'est la rencontre de deux jeunes danseurs dans un studio de danse, l'éveil de l'amour confondu avec la sexualité et la prise de conscience du moi intérieur des deux artistes. leurs juvéniles émotions sont traitées avec concision.



31/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Musique pourraient vous intéresser